Business de la conciergerie de luxe

conciergerie-de-luxeLe braquage de la star de la télé-réalité Kim Kardashian à Paris a mis au jour une industrie discrète, qui offre des services de toutes sortes, même les plus farfelus, aux clients fortunés. Sur le mode très privé.

Chère Kim, lorsque vous sentez l’acier froid d’un pistolet dans votre cou, c’est le moment où rester calme peut préserver une vie… Nos deux vies… » Il est rare qu’un concierge privé prenne la plume et s’adresse de la sorte à l’une de ses clientes. Que celui de Kim Kardashian ait jugé bon de le faire dans les colonnes de la presse people témoigne assez bien du petit séisme provoqué par le braquage de la superstar de la télé-réalité, lors de son dernier séjour à Paris. Un traumatisme, évidemment, pour l’intéressée. Et une sacrée tuile pour l’Hôtel de Pourtalès, où l’épouse de Kanye West, l’une des femmes les plus influentes au monde selon le magazine « Time », avait choisi de poser ses valises.

L’Hôtel de Pourtalès ? Une obscure résidence privée pour les profanes. Un établissement de prestige pour les connaisseurs. Qui n’auraient jamais imaginé que 9 millions d’euros de bijoux puissent y être dérobés sous la contrainte d’une arme à feu. Au moment de l’agression, Kim Kardashian a trouvé son concierge « trop calme », alors qu’il était tenu en joue par les braqueurs, selon des propos rapportés par le célèbre site people TMZ. Voilà pourquoi ce dernier a tenu à remettre les choses au point dans cette lettre ouverte, prenant soin de mentionner au passage que leurs « deux vies » avaient été en péril ce soir-là… Une façon aussi de redorer l’image d’une profession par nature très discrète et qui se serait bien passée d’une telle publicité.

Drôle de vie que celle d’un concierge privé, qui suppose de s’effacer, pour se mettre totalement au service des autres. Et pas de n’importe qui : des ultrariches, des puissants, des Kardashian… Ceux pour qui le temps, c’est de l’argent, et qui ont suffisamment d’argent pour gagner du temps : une réservation de taxi, un voyage, une réservation dans un restaurant, une nouvelle brosse à dents à 2 heures du matin…

Un désir assouvi sans avoir à dire « concierge » trois fois devant le miroir : « La promesse d’un concierge privé, c’est d’être disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour répondre à toutes les demandes dans le monde entier », résume David Amsellem, fondateur de la conciergerie John Paul. Sa société offre des services aux grands clients des marques en toute discrétion.

Du « B to B to C ». En bon français, de la relation commerciale entre particuliers et entreprises partenaires. Des clients hors norme, évidemment, comme le Paris Saint-Germain, par exemple.
En savoir plus sur lesechos…