Affichage des résultats 1 à 4 sur 4
  1. #1
    Membre du Dubai Business Club Avatar de K2R
    Date d'inscription
    mai 2010
    Localisation
    Sharjah/Doha
    Messages
    820

    L'état de l'Afrique en 2017

    L’année 2017 verra la permanence des grands foyers crisogènes africains.

    Il conviendra de suivre avec attention l’évolution de la situation économique et sociale du Tchad, pays gravement frappé par l’effondrement des cours du pétrole. Tout ce qui pourrait affaiblir le verrou tchadien aurait en effet des conséquences sur la stabilité régionale. De même, une déflagration en RDC et dans la région du Kivu provoquerait une onde de choc dans toute l’Afrique centrale. Dans l’est du continent, les échéances électorales pourraient perturber l’actuel essor économique du Kenya, cependant qu’au Mozambique, pays assis sur de colossales réserves en hydrocarbures, la guérilla de la Renamo et la stratosphérique corruption interdisent pour le moment tout véritable démarrage.

    Durant l’année 2017, cinq grandes nouveautés pourraient modifier la géopolitique africaine :

    1) Le retour de la malédiction ethnique éthiopienne risque de bouleverser les équilibres dans la région de la Corne et de ruiner la réussite économique du pays.

    2) La montée des tensions au Cameroun ajoute un nouveau foyer de désordre dans une région péri-tchadienne déjà bien instable. D’autant plus que le climat politique va connaître une crispation automatique à l’approche des futures échéances électorales.

    3) En Afrique du Sud, l’année 2017 verra la désignation du successeur de Jacob Zuma par l’ANC. Quels seront les nouveaux rapports de force au sein du parti-État ANC ? Jacob Zuma réussira-t-il à imposer un candidat ayant ses faveurs ou sera-t-il mis en minorité ? Là est toute la question. En dehors de son ancrage zulu, quelle est encore la marge de manœuvre d’un président noyé sous les affaires et dénoncé comme « l’homme qui vole les pauvres » ?

    4) Quelle sera la politique africaine de la nouvelle administration américaine ? Le président Trump manifestera-t-il un intérêt pour le continent africain autre que les stériles envolées lyriques de Barak Obama ?

    5) Le retour de la Russie en Égypte et son implication en Libye aux côtés du général Haftar vont-ils peser sur la géopolitique régionale ?

    Économiquement, l’année 2017 fera-t-elle oublier le calamiteux bilan de 2016, année durant laquelle la croissance économique dans l’Afrique sud-saharienne a atteint son plus bas niveau depuis 1999 avec entre 1,4% et 1,6% (FMI, 24 octobre 2016) ?

    Ce chiffre qui pulvérise le credo des afro-optimistes est d’autant plus terrible qu’à moins de 7% de croissance durant plusieurs années, il est impossible de développer l’Afrique. Il illustre également le naufrage d’un continent dans lequel la croissance économique est désormais largement située en dessous de sa croissance démographique.

    L’impasse est d’autant plus profonde que les deux géants économiques de l’Afrique sud-saharienne, ses « locomotives », sont dans une situation préoccupante. Le Nigeria est en effet entré en récession avec une croissance négative de -1,8%, et en Afrique du Sud la croissance de 0,1% a juste permis d’échapper à cette même récession.

    Par Bernard Lugan

  2. #2
    Membre Avatar de lopez
    Date d'inscription
    avril 2010
    Messages
    558
    Très inquiétant

  3. #3
    Membre Avatar de mamita
    Date d'inscription
    mars 2013
    Localisation
    Paris/Doha/Dubaï
    Messages
    215
    Les grands gagnants seront la Russie et la Chine en Afrique

  4. #4
    Membre du Dubai Business Club Avatar de Don Draper
    Date d'inscription
    décembre 2016
    Localisation
    Abu Dhabi
    Messages
    132
    Bernard Lugan en parle dans son dernier communiqué.
    Le fameux coup de maitre de Poutine

    L’une des conséquences de l’intervention de Moscou en Syrie est l’ouverture à la marine russe d’un accès permanent à la Méditerranée. Le succès d’une telle politique dans laquelle les Tsar et l’URSS avaient échoué, nécessite la mise à dispositionde points d’appui.Celui de Syrie étant sécurisé et l’Egypte se rapprochant de plus en plus de la Russie, Vladimir Poutine regarde maintenant vers la Libye et le port en eau profonde de Tobrouk en Cyrénaïque. D’où son soutien au général Haftar.Mais le président russe voit plus loin. En appuyant le Maroc dans la question du Sahara occidental, c’est désormais l’ouverture sur l’océan atlantique qu’il prépare. Une telle réussite laisse sans voix les « castrats » de Bruxelles et les « beaux merles » du Quai d’Orsay. Quant à l’Algérie, la voilà paralysée et mise hors-jeu en raison de son soutien-boulet au Polisario.De la Crimée au Maroc, cette politique russe qui rebat les cartes de la géopolitique méditerranéenne, a été menée en sept étapes et en moins de trois ans.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •