Qatar cherche à diversifier son économie

Le Qatar, acteur de premier plan dans la péninsule arabique, cherche aujourd’hui à diversifier son économie qui repose en grande partie sur les hydrocarbures. Après plus d’un an d’embargo, l’économie qatarienne devrait afficher une croissance du PIB autour des 2,7 % en 2018, en hausse de 0,6 point par rapport à 2017.

Si la manne des hydrocarbures représente encore 70 % des recettes budgétaires , celle-ci permet de soutenir une politique volontariste de diversification se traduisant par des investissements dans les secteurs industriels et serviciels.

Du gaz naturel pour financer la diversification
Jouissant de la troisième réserve mondiale de gaz naturel , le Qatar se positionne comme le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL). Profitant de coûts de production compétitifs, le royaume a ainsi prévu d’augmenter les volumes exportés de 30 % pour atteindre les 100 millions de tonnes annuelles en 2024.

En plus de poursuivre les exportations vers ses clients traditionnels (Émirats arabes unis, Japon, Inde, Chine), le Qatar s’ouvre à de nouveaux partenariats. Une délégation d’hommes d’affaires et de plénipotentiaires sud-africains s’est ainsi rendue en mars à Doha afin d’entamer les négociations portant sur l’approvisionnement en gaz qatari de la nation arc-en-ciel.

L’activité soutenue de production et de transformation d’hydrocarbures du Qatar ainsi qu’un mode de vie énergétiquement dispendieux font de l’émirat le premier pollueur mondial par habitant . Une situation à laquelle les autorités ont décidé de remédier, en entamant il y a quelques années des efforts de transition énergétique et écologique. Le programme Qatar National Vision 2030 ambitionne de “mettre l’accent sur les opportunités d’investissement afin d’accélérer la croissance et promouvoir le développement durable”.

Preuve de cet engagement, le Qatar dispose de la première unité de production d’énergie solaire du Moyen-Orient, exploitée par Qatar Solar Technology (QST). Ce dernier a d’ailleurs récemment racheté le fabricant de panneaux solaires allemand Solar World, et table d’ici fin 2018 sur une production de 1.000 MW et un revenu annuel de 500 millions d’euros . En outre, les autorités qataries n’ont pas hésité ces dernières années à investir dans d’autres industries porteuses, créant de toute pièce des filières en pétrochimie, en aciérie et en production d’aluminium.

Lire la suite sur LesEchos…